[forum yaoi] Une école dirigée par un scientifique qui se prend pour dieu et crée de toutes nouvelles races...

 
Autopassion.net le site ddi  l'automobile cr par ses utilisateurs
Partagez | 
 

 Mon nouveau royaume de perversion [Yaoi]

Aller en bas 
AuteurMessage
Lestan Dalos

avatar

Messages : 8
Date d'inscription : 23/03/2013
Age : 29

MessageSujet: Mon nouveau royaume de perversion [Yaoi]   Dim 24 Mar - 15:50

[vient de l'entrée, lire RP "Ma nouvelle vie"]

L'infirmerie est grande et assez spacieuse...ce qui veut dire qu'il ya pas mal de lits libres pour s'amuser. Voici donc mon nouveau royaume, enfin, demi royaume, il parait que je suis le second infirmier mais bon, tant qu'il me laisse les plus mignon des élèves, il peut faire ce qu'il veut.

J'ouvre les différents placards pour vérifier le matériel. évidemment, avec la mémoire médicale de l'Autre, je sais ce que c'est et à quoi ça sert, mais ça n'a rien de vraiment intéressant sauf si on veut jouer au doc...tient un thermomètre anal. Je le regard quelques instants avant de le mettre dans ma poche. après tout, je suis un infirmier et je dois pouvoir prendre la température des élèves n'importe quand et n'importe où.

Je continue mon petit tout en notant ce qui est intéressant. il n'y a pas grand chose, mais ce que je vois est déjà pas mal. En plus du thermomètre, je trouve toute une collection de spéculums ainsi que des étrier, ce qui est tout de même étrange puisque cet objet est généralement utilisé par les femmes enceintes par les gynécologue et qu'il n'y a aucune fille dans cette école. Je trouve aussi des blouses d’hôpital qui me font tout de suite bander en imaginant une jeune patient en train d'en porter une, ses petites fesses à l'air. Il y a aussi une boite de capote. Elles sont toutes naturels mais toutes naturels. c'est dommage, il faudrait fournir au moins plusieurs tailles et couleurs, et gout, et du gel aussi.

C'est tout de même dommage, je pense après mon tout d'inspection. Il n'y a pas grand chose d'intéressant. Il y a bien des kilomètres de bandelettes, mais ce genre de chose n'est pas assez solide pour attacher quelqu'un au montant d'un lit. ce qu'il faudrait, ce serait de bonnes paires de menottes...et quelques cordes aussi, rien ne vaut les bonnes méthodes artisanales...et le bondage. J'ajoute donc les menottes et les cordes aux capotes et au lubrifiant de ma liste mental. Après réflexion, je l'agrémente de quelques sex toys, de fouets, de chaines et d'autres choses qui me semblent indispensable dans une infirmerie et surtout dans la mienne. Je n'en ai pas les moyens mais qu'à cela ne tienne, je ferais passer ça en frais professionnels.

j'étais perdu dans mes pensé quand j'ai entendu la porte s'ouvrir. je me retourne et dis :

- Bonjour, je suis Lestan Dalos, le nouvel infirmier, que puis-je faire pour toi ?

_________________
Make Sex not war - Sex Is Better - Sex Is Fun - Sex Is Life
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Masato Tanaka
Mister Contrat Sexy 2013
avatar

Messages : 239
Date d'inscription : 21/06/2012

fiche personnelle
Préférence : seme
liaison :
race : Bèrzéluts (Démon)

MessageSujet: Re: Mon nouveau royaume de perversion [Yaoi]   Dim 24 Mar - 18:55


Après avoir passé toute l'après-midi dans cette infirmerie, je sort et me dirige vers ma chambre. Je vais loin de l'infirmerie et laisse Kotaro se démerder après sa chute. Je me suis pris la tête avec un gosse et j'ai failli un peu trop m'emporter... encore un peu et je lui arrachais la tête.

Je marche toujours en direction de ma chambre, je commence à reconnaître le chemin, enfin avec mon sens de l'orientation j'ai cru que je n'y serais jamais arrivé! Je me demande ce que fait Natsu. J'arrive et entre dans la chambre. Pendant quelques instant je reste là, sans bouger, à fixer un tas roux étalé au sol telle une carpette.

- Natsu?!

Je m'avance vers lui, dépose un genoux au sol pour le soulever. Il ne réagit pas, toujours inconscient. Mais qu'est-ce qu'il a encore foutu! Il me donner une crise cardiaque avant l'âge, ça c'est certains. Je le soulève et le porte, hésitant un instant à le porter comme un sac à patate mais j'opte pour l'option princesse en détresse... ce que je ne m'aurais jamais cru capable de faire, mais bon je préfère faire ça que laisser un semi-cadavre au sol...

Je sors de la chambre, Natsu dans les bras et me revoilà partit pour l'infirmerie. Je vais me créer un abonnement pendant l'année si ça continue. J'entre dans l'infirmerie et je n'ai pas le temps de dire un mot qu'un gars se tourne vers moi.

- Bonjour, je suis Lestan Dalos, le nouvel infirmier, que puis-je faire pour toi ?

Pff, en plus d'être un nouveau, il a une tête louche... Je fronce les sourcils avant de détourner le regard et de m' avancer vers un des lits pour y déposer Natsu. Je retourne mon attention vers l’infirmier-nouveau-et-pas-super-net avant d'hausser un sourcil.

- Super, tu sais t'occuper du gars à moitié dans le coma? Il s'appelle Natsu. Je regarde Natsu et lui sourit. Je me recule ensuite pour laisser de la place au nouvel infirmier et m'installe sur le tabouret à côté du lit. Oui, je vais rester là. Non je ne vais sûrement pas laisser Natsu seul dans cette pièce avec l'aura que dégage cette homme... je veux récupérer Natsu, entier!

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Natsu Kô

avatar

Messages : 318
Date d'inscription : 09/05/2012
Age : 21

fiche personnelle
Préférence : Uke
liaison :
race : Hybride chat !

MessageSujet: Re: Mon nouveau royaume de perversion [Yaoi]   Dim 24 Mar - 19:46

Natsu avait passé jusque là une journée plutôt normale... Lorsqu'il s'était réveillé, Masato avait déjà disparut et donc le Neko s'était rendormit automatiquement avant de se re-réveillé en sursaut en pensant qu'il devait aller en cours. Se dépêchant, il enfilait comme il pouvait son uniforme en sautillant dans toute la chambre comme un imbécile qui ne savait pas s'habiller. Bref, une fois l'épreuve passé, il avait réalisé qu'aujourd'hui il ne commençait qu'en début d'après-midi à cause de l'absence d'un de ses professeurs.

Le Neko se calma donc, mais n'alla pas se recoucher, maintenant qu'il était habillé autant aller se promener un peu. Commençant son tour de l'Académie, le sommeil rattrapa vite Natsu. Hé oui, devenir un chat ça implique de dormir beaucoup plus. Déjà qu'à la base Natsu était un gros dormeur mais là, c'était pire encore ! Piquant du nez tout en marchant, l'étudiant se dirigeait à grand pas vers sa chambre. Mais il n'était pas évident de reconnaître le chemin alors qu'on voyait flou. Le Neko marchait même de travers. Si quelqu'un l'avait croisé à cet instant il aurait pu croire que Natsu avait un peu trop bu et le signaler à la direction. Mais heureusement pour lui rien de cela ne se produisit.

A plusieurs reprise l'Hybride faillit tomber. D'ailleurs il tomba aussi plusieurs fois, il allait être couvert de bleu si ça continue. Masato risquait de ne pas être content que son colocataire s'abîme tout seul. Au lieu d'arriver devant la porte de sa chambre, Natsu se retrouva au complexe sportif sur lequel se déroulait un match de basket. Seulement les deux équipes semblait bien embêter alors plein d'une nouvelle énergie, le Neko se dirigea vers les joueurs en leur demandant ce que n'allait pas et un étudiant lui répondit :

- On voudrait commencer un match, mais il manque un joueur pour que les deux équipes soient équilibré ! Tu veux jouer avec nous ?

Un sourire s'afficha sur le visage du Neko qui accepta volontiers de jouer. Un peu de sport ne lui ferait pas de mal, en plus les joueurs présent était pour la plupart des amis et des camarades de classes, donc le match ne pouvait-être que amusant ! Un fois donc tout le petit monde mis en place, le jeu commença. Ce qui était bien dans à la Gakuen Bakemono c'est que généralement on ne s'ennuyait pas en sport. Oh non ! Avec toutes ces races différentes tout le monde avait des caractéristiques qu'il usait pour mener son équipe à la victoire. Pour Natsu, lui avait l'avantage de la souplesse et il était aussi assez rapide, mais... Vite fatigué.

Au bout d'une heure le match pris donc fin, épuiser, Natsu alla prendre directement une douche, suivit de ses compagnons de jeu. Et non... Bande de pervers c'était juste une douche, rien de plus. Le Neko remonta alors dans sa chambre, il ne s'attendait pas à voir Masato l'attendre gentiment, le démon était sortir, il ne reviendrait sûrement pas avant un bon moment.

Fatigué, Natsu s'étala comme une masse sur son lit. Ou celui de son colocataire, il ne savait pas trop. Enfin cela importait peu... Un lit était un lit. Seulement l'hybride n'arriva pas à trouver le sommeil. Pourquoi ? Il avait peur de ne pas se réveiller attend pour son premier cours de la journée. Il se releva donc difficilement et se mit à tourner dans sa chambre sans vraiment avoir d'idée derrière la tête. L'esprit totalement vide, Natsu avait beau marcher cela ne le réveillait pas pour autant... Il fallait dire aussi que ce match de basket n'avait pas amélioré son état. Sans cesser d'avancer au hasard dans la chambre, le Neko se pris soudainement les pieds dans quelque chose de non identifié. Qui s'avéra être un lit d'ailleurs. Mais au lieu de s'étaler dessus comme l'aurait fait n'importe quelle personne normale, Natsu ne comprit pas très bien comment il avait fait mais il fit une jolie roulade sur le lit jusqu'à aller s'en cogner la tête au sol.

Et puis plus rien. Trop épuisé, le Neko s'était endormit et le choc lui avait ôté ses dernière forces. Il ne remarqua donc ni l'arrivée de son colocataire ni que ce dernier l'avait transporter jusqu'à l'infirmerie. Il finit cependant par se réveiller doucement. Ayant une vue totalement flou l'hybride distinguait à peine une silhouette masculine devant lui qu'il ne reconnaissait pas, mais pas du tout.

- Z'êtes qui ? Articula-t-il.

_________________


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lestan Dalos

avatar

Messages : 8
Date d'inscription : 23/03/2013
Age : 29

MessageSujet: un petit chaton bien mal en point   Dim 24 Mar - 21:10

Le jeune homme qui vient d'entrer ne me réponds même pas. Il me passe devant avant d'avoir froncé les sourcils à ma vue comme si j'étais un simple cafard. super, on se sent vachement bien accueilli dans cette école. A première vue, il me parait assez froid et distant...ça veut dire qu'il doit être chaud bouillant au lit. Je bande (encore). Ah ! Comme j'aime l'école. Tant de possibilités à explorer, surtout que je commence doucement à avoir faim et je sens que de la nourriture normal ne pourrait pas ma satisfaire.

Quoiqu'il en soit, il dépose le fardeau qu'il porte dans ses bras à la façon d'une princesse sur l'un des lits, puis il se retourne vers moi en levant un sourcil. Mais qu'est ce qu'il a à ma dévisager comme ça ? j'ai un truc sur la figure ou quoi ? Son instinct à Lui me souffle que voire un inconnue en pantalon de cuir avec une blouse ouverte, torse nu et pieds nu dans l'infirmerie doit paraître bizarre. c'est ridicule.

- Super, tu sais t'occuper du gars à moitié dans le coma? Il s'appelle Natsu.


Et ça parle ! formidable ! Bon, je suppose que c'est à moi d'intervenir. j'active mon ancien disque dur, celui qui rempli de trucs technique sur la médecine et pas celui qui est en train d'essayer d'imaginer comment faire crier de plaisir ce grand brun antipathique. Mais je loupe mon coup en voyant ce que le dit grand brun antipathique a posé dans mon lit (enfin, le lit de l'infirmerie).

C'est un charmant petit être trop mignon à la peau blanche est aux mèches carmins, aussi carmins que ses yeux qui ne cessent de papillonner preuve qu'il va bientôt partir pour lalaland. chose qui aurait dut m'étonner, il a deux oreilles toutes mignonnes sur le dessus de sa tête qu'il a ramené en arrière en tentant de les cacher (NDA : je me dit que s'il s'est évanoui, son pouvoir a cessé d'agir et qu'il est trop faible pour les cacher à nouveau).

Toutes cette activités au sein de mon pantalon commence sérieusement à devenir gênante. pas que j'ai honte ou que j'ai mal, rien de tout ça mais je voudrais pas effrayer mes tout premiers...clients.

En tout cas, le grand brun n'est pas partit. Il a prit un tabouret et s'est assis derrière moi tout en alternant les regards mauvais sur moi et ceux, beaucoup plus doux, voir insistant sur le jeune homme allongé sur le lit qui de toute façon s'est endormis.

Je souris (et mon sourire doit être particulièrement effrayant de perversité). je vois que j'ai affaire à deux petits amoureux. ou en tout cas l'un des deux. C'est trop mignon. D'un coups, je n'ai plus vraiment envie de coucher avec l'un d'eux. Je suis peut-être un démon du plaisir, je respecte l'amour et je me vois mal en briseur de couple...C'est bien la première fois que l'Autre est d'accord avec moi, il va falloir que je me ressaisisse. et puis, si je ne peut pas coucher avec eux séparément, je pourrait toujours le faire avec les deux ensembles.

J’essaie de couper court à toutes mes pensées libidineuse et à toutes les images qui me viennent à l'esprit pour s'occuper du mignon petit chaton dont la rougeur des joues n'a pas seulement à voir avec de la gène.

Je pose ma main sur le front du jeune Natsu. il est chaud. pas tellement mais ça ne veut rien dire puisque j'ai remarqué que ma chaleur corporelle avait aussi augmenté. je me résout donc à lui prendre sa température. me rappelant ce que j'avais dans la poche, je sort le thermomètre anal. un mouvement derrière moi me fait me retourner et je vois le grand brun me faire des yeux mi horrifiés, mi réprobateur. On dirait qu'il est absolument contre l'idée que j'introduise un appareil médical dans le jardin secret de son petit chéri. Tant pis.

Je roule des yeux et remet l'appareil dans ma poche. De son coté, Natsu dormait comme un bienheureux. Il avait tourné la tête et je vis, bien qu'avec difficulté à cause de la couleur des cheveux, le début d'un léger hématome sur le crane. bah, une petite bosse sans grands danger.

Je m'éloigne d'eux pour aller chercher un thermomètre buccal, un stéthoscope et un tensiomètre. Quand je revient, les amoureux n'ont pas bougé ou alors je n'ai rien vu. J’avance le thermomètre de la bouche de Natsu et l'insère entre ses dent. Tout en évitant de penser à ce qu'il pourrait mettre d'autre dans sa bouche, je met le stéthoscope dans mes oreilles et écoute son cœur. 108 battements par minutes, si j'estime son age à 15 ans, il n'y a rien de vraiment anormal. Toujours en gardant le stéthoscope sur les oreilles, le lui tends le bras. je lui passe le tensiomètre, y glisse le stéthoscope et le gonfle puis le dégonfle, tout cela sans quitter le compteur des yeux. La pression aussi est normal.

Je récupère le thermomètre et vérifie les résultats. 38,5°. il y a donc bien une petite fièvre.

- Alors ? me demande le brun.
- Je doute que ce soit très grave, la rythme cardiaque et la pression artérielle sont normal. il y a juste un peu de fièvre. je vais le laisser se reposer et je lui donnerais quelque chose quand il se réveillera. Ce soir, je pense qu'il ira mieux. Pour le moment enlève lui ses chaussures et met le sous les draps mais ne le couvre pas trop.

Il ne dit rien mais s'exécute. Je retourne vers mes placard et sort une boite de paracétamol auquel je prends un cachet. je vais ensuite prendre un verre en plastique que je remplit d'eau ni trop fraiche ni trop chaude et je récupère un chiffon. Je ramène le tout au petit malade et le pose sur la table de nuit.

- Puisque tu semble décidé à rester,
dis-je au brun, alors rends-toi utile. tu fera bien attention qu'il n'ai ni trop chaud, ni trop froid et tu lui humidifiera le front de temps en temps avec ce chiffon mouillé d'eau fraiche, et pas froide. Si tu peux, tu feras en sorte qu'il boive. l'eau ne doit pas être froide non plus, à température ambiante.

Sur ce, je laisse le couple d'amoureux et m'assois à mon bureau. j'ai les dossiers médicaux des élèves à vérifier, mais j'ai du mal à me concentrer, mon attention revenant sans arrêtes aux deux charmants hors d’œuvre sur patte qui squattent mon infirmerie et don la présence ne fait que m'exciter d'avantage. Arf ! j'ai envie de me branler !

_________________
Make Sex not war - Sex Is Better - Sex Is Fun - Sex Is Life
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Masato Tanaka
Mister Contrat Sexy 2013
avatar

Messages : 239
Date d'inscription : 21/06/2012

fiche personnelle
Préférence : seme
liaison :
race : Bèrzéluts (Démon)

MessageSujet: Re: Mon nouveau royaume de perversion [Yaoi]   Mer 27 Mar - 17:42


Laissant place à l'infirmier, installer sur mon tabouret, je scrute le moindre de ses mouvements qui me paraissent... étrange... surtout un infirmier en pantalon en cuir, assez ressemblant au mien. En plus de sa tenue, son regard est tout aussi louche. Au moment où il l'a poser sur moi, j'ai eu l'impression qu'il me déshabillait du regard. Simple impression? J'espère...

L'infirmier s'approche de Natsu et pose sa main sur son front. D'un mouvement lent, il sort de sa poche un thermomètre anal. Je me raidit et m'avance sur ma chaise. Non, mais il plaisante là? Il y a d'autres techniques que de prendre la température par le cul... Il n'a pas intérêt à lui... avant de terminer le fil de ma pensée, l'infirmier s'est levée en remettant l'appareil dans sa poche. Je me détend immédiatement et me réinstalle sur la chaise posément. L'homme s'éloigne de nous quelques instants et revient avec un autre thermomètre, un stéthoscope et le machin pour prendre la tension.

Il s'approche de Natsu et insère le thermomètre dans sa bouche. Il écoute ensuite le coeur de Natsu. Étonnant tous ce qu'il faut faire pour une chute. La médecine est vraiment pas mon truc... sauf peut être si je pourrais toucher des gars comme Natsu toute la journée... alors la peut être que le "déshabillez-vous jeune homme" pourrait être pas mal... enfin soit, mes pensées s'éloigne du principale sujet. D'ailleurs où en est-il avec son auscultation.

- Alors?

Autant demander directement. Je n'aime pas attendre.

- Je doute que ce soit très grave, la rythme cardiaque et la pression artérielle sont normal. il y a juste un peu de fièvre. je vais le laisser se reposer et je lui donnerais quelque chose quand il se réveillera. Ce soir, je pense qu'il ira mieux. Pour le moment enlève lui ses chaussures et met le sous les draps mais ne le couvre pas trop.

Non mais, il me donne des ordres. Je me renfrogne, mais je m'exécute. J'enlève les chaussures de Natsu et lui tire le draps. Il ne m'a pas l'air trop chaud, c'est bon. Je tourne la tête vers l'infirmier, il est partit vers l'une des armoires. Je retourne mon attention sur Natsu qui gigote et me regarde vaguement. J'ai l'impression d’apercevoir un sourire, mais bon je rêve surement, il m'a l'air dans le gaz.

L'infirmier revient avec un verre d'eau et un médicament qu'il pose sur la table de chevet.

- Puisque tu semble décidé à rester alors rends-toi utile. tu fera bien attention qu'il n'ai ni trop chaud, ni trop froid et tu lui humidifiera le front de temps en temps avec ce chiffon mouillé d'eau fraiche, et pas froide. Si tu peux, tu feras en sorte qu'il boive. l'eau ne doit pas être froide non plus, à température ambiante.


Bonne déduction. Je retiens les consignes et hoche la tête à l'infirmier en guise de remerciement. Non un geste plus amicale que celui-là me serait assez difficile. Je passe une main dans mes cheveux et approche le tabouret du lit pour m'asseoir plus près. Je pousse un long soupire.

- Franchement Natsu...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Natsu Kô

avatar

Messages : 318
Date d'inscription : 09/05/2012
Age : 21

fiche personnelle
Préférence : Uke
liaison :
race : Hybride chat !

MessageSujet: Re: Mon nouveau royaume de perversion [Yaoi]   Jeu 28 Mar - 17:37

Natsu sentait sa tête tourner, il voyait en face de lui une silhouette masculine qu'il ne connaissait pas. Certes, il avait bien reconnu la voix de Masato près de lui, mais la personne en face n'était pas son colocataire. Natsu savait tout de même reconnaître l'homme avec qui il passait ses nuits ! Enfin, le Neko ne chercha pas plus loin, d'ailleurs personne n'avait répondu à sa question... Il n'avait sans doute pas parler assez fort. Ou alors il avait ouvert la bouche mais rien n'était sorti aucuns son... Ce qui était probable aussi.

L'hybride choisit donc de se rendormir ou plutôt ce laissa emporté par le sommeil. De toutes façons tant que Masato était là il ne pourrait rien ne lui arrivé de pire. Enfin.. Sauf si Masato décidait soudainement de s'attaque à son cher colocataire. Mais ce dernier lui faisant confiance, il se laissa glisser dans les bras de Morphée. Pourtant, Natsu sentit tout de même une main chaude glisser sur son front comme pour prendre sa température. S'il étaient bien à l'infirmerie, ce devait être la main du médecin. Mais s'était bizarre qu'il ai une température corporelle aussi élevée, comme Masato en faites ! Serait-il le même genre de démon ?

Le Neko ne se posa pas plus de question qu'il sombrait déjà dans un sommeil bien plus profond. Il ne sentit donc pas lorsque le médecin lui prit sa température ni même quand il pris sa tension. Dans la catégorie "sommeil lourd" Natsu devait sûrement être l'un des mieux placés de l'académie.

Le temps passa donc ainsi sans que Natsu s'en rende vraiment compte. Il pouvait très bien s'être écoulé cinq minutes ou trois heures cela ne changeait absolument rien pour le Neko... Quoique, il était sensé avoir cours aujourd'hui non ? Il avait beau s'être levé tôt ce matin et commencer tard, le temps passait drôlement vite quand on dormait et... Natsu se réveilla soudainement, il se redressa, remarqua Masato assis sur un tabouret, il ne lui accorda pas cependant une grande attention avant de sortir du lit sur lequel on l'avait couché.

Natsu avait la tête qui tournait légèrement à cause de la fièvre et se dirigea vers la porte d'un pas précipité, il s'apprêtait donc à partir, mais finit par ce retourner pour annoncer à son colocataire et au médecin :

- Merci de vous être occuper de moi, mais, mais... Je ne peux pas rester j'ai cours et ...

Dans un courant d'air, la porte se claqua violemment coupant le Neko dans ses excuses. La tête de ce dernier se décomposa d'ailleurs, les larmes lui montèrent même aux yeux. La porte s'était bien refermée oui, mais en coinçant la queue féline (ben oui féline ! Bande de pervers è.é) de Natsu en même temps. Vous imaginez votre colonne vertébrale claquée dans une porte ? Déjà qu'un doigt sa fait mal alors je vous explique pas la douleur.

- AAAAAH ! Ma queue !!

Hurlant de douleur, Natsu colla son dos à la porte comme si cela allait atténuer le mal. Ce qui était totalement bête en soit, mais le Neko n'avait pas le idée encore assez clair pour pouvoir pensé à ouvrir la porte et décoincé sa queue. Au moins ils ne seraient pas venu à l'infirmerie pour rien aujourd'hui !

_________________


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lestan Dalos

avatar

Messages : 8
Date d'inscription : 23/03/2013
Age : 29

MessageSujet: Re: Mon nouveau royaume de perversion [Yaoi]   Dim 31 Mar - 14:36

Je me frappe le front de la main. C’est pas vrai, encore plus de boulot pour moi. Je m’approche de la porte et l’ouvre.

- T’es mignon mais t’es un tout ptit peu con, je marmonne en le prenant sur mon épaule.

Je retourne jusqu’au lit que le chaton venait de quitter et le dépose dessus, sur le ventre afin d’éviter tout contact des drapes avec n’importe quelle surface qui pourrait irriter l’appendice blessé. Son compagnon s’est précipité à mes coté et me gêne à présent.

- RECULE, dis-je finalement assez exaspéré.

Je ne reconnais pas ma voix à ces mots. Elle me parait plus grave, plus chaude, plus…sensuel et en même temps extrêmement autoritaire. Le petit brun gémit en l’entendant, puis il rougit, mais recule. Puis, comme s’il sortait d’un rêve, il se secoua et me regarda avec des yeux scandalisés.

- Qu’est ce qui vient de se passer ?

Il me regarde de nouveau comme si j’étais un abrutis fini et se décide à m’expliquer, vu que je suis nouveau. C’est intéressant. Alors les créations de notre bon Scientifique semblent maitriser chacun une capacité hors du commun, comme la capacité d’invisibilité de Natsu ou la capacité de réparation ou de destruction des objets de Masato (oui, il m’a enfin dit son nom, dommage, le ptit brun, ça lui allait bien).
J’aimerais bien savoir quelle est la mienne. Masato m’a directement obéi quand je le lui ai ordonné mais il a refusé de parler de ce qui s’est passé. En fait, il a rougi et a demandé de me mêler de mes affaires (ce qui entre nous soit dit était le cas).

Mais je m’égare, il faut que je soigne le chaton toujours allongé sur mon lit et qui cache son visage entre ses mains, de honte probablement. J’essaie de saisir sa queue mais celle-ci n’arrête pas de bouger comme un serpent et j’ai peur de lui faire mal en la serrant trop fort.

- ARRÊTE DE BOUGER !

De nouveau la voix étranger, le gémissement du patient puis la queue qui s’immobilise pendant quelques instants complètements avant de bouger à nouveau mais plus lentement. Donc, ma voix semble faire obéir quelqu’un pendent quelques instants et au vue des gémissements de Masato (et son rougissement) et de Natsu, ça doit passer par le plaisir. C’est intéressant et…intéressant (saisissez la nuance d’abord professionnelle puis totalement perverse).

Heureusement, la queue du petit Natsu n’a pas grand-chose, du moins rien de grave. La peau est un peu abîmer, quelques gouttes d’antiseptique et un pansement font l’affaire. Il n’empêche, que moi, je m’ennuyais beaucoup. Si l’Autre se satisfaisait de soigner ses patients, moi c’était juste un passe-temps.
Je me redressais donc vers Masato et tentais de me concentrer pour faire ressurgir la Voix.

- Ce n’est RIEN, il faUT JUSTE QU’il se repose comme tout à l’HEURE, SI POSSIBLE SUR LE VENTRE.


Il me semble que j’ai pigé le truc. A chaque fois que je sentais que la Voix était en action, Masato s’était mis à rougir et y en étant fortement exposé sur la fin de la phrase, il en avait gémie. Mes sens d’Incube sentait ce qu’il avait, du désir, voir même du plaisir, ce qui renforçait le mien.

- ET BIEN MON PETIT MASATO, EST-CE UNE IMPRESSION OU BIEN TU ES TENDU ?

Je me rapprochais de lui pour lui parler ce qui augmentait la rougeur de ses joues. Je me penche alors vers lui et souffle :

- MASATO…

Il titube légèrement et manque de tomber sur le lit où son compagnon est toujours allongé, mais cette fois sur le côté, la tête levé et les joues rouges. Il a l’air d’être moins affecté que son copain, peut-être parce que mes paroles ne lui sont pas adressé, mais il en ressent cependant les effets secondaires.

- ET TOI MON PETIT NATSU, QU’EN PENSE-TU ? TU NE CROIS PAS QUE MASATO EST…TENDU ?

Il se tord sur le lit, serrant les jambes pour essayer de contrôler le flot de jouissances en lui.

- ET SI TU M’AIDAIS NATSU ? SI TU LUI ENLEVAIS SA VESTE. IL SERAIT MIEUX.

Pour éviter qu’il ne se réveille, je continue à susurrer à l’aide de la voix combien Masato serait plus confortable sans sa veste tout en disant à Masato combien il devait avoir chaud. En même temps, j’approche ma main et touche l’entrejambe du brun. Celui-ci pousse un gémissement plus fort qu’il tente sans vraiment de succès d’étouffer avec sa main de son coté, Natsu a déjà enlevé la veste et s’est attaqué à la chemise qui est en dessous, défaisant un à un les boutons et embrassant en même temps le torse de son amant.

Masato et maintenant presque assis sur le lit et je continue à user de la voix bien que de moins en moins, les deux étant tellement saturés de désir qu’ils ne pensent plus qu’à une chose, le soulager. Voilà une chose que je serais particulièrement heureux de faire pour eux.

Je commence à ouvrir le pantalon de Masato puis plonge la tête pour passe mon visage sur son boxer déformé par son sexe gonflé. Il tente mollement de me repousser en posant sa main sur ma tête mais on dirait plus qu’il m’encourage à aller plus loin. Il gémissait aussi une série de « non » avant que le mignon petit chaton ne le fasse taire en l’entrainant dans un baiser étourdissant. Pour le récompenser de sa coopération. L’un de mes mains se pose sur son entre jambe, gonflé lui aussi. Il gémit dans la bouche de son amant et serre les jambes pour y garder ma main. Satisfait, je souris. Je n’ai même plus besoin de parler. Je prends le bord du boxer de Masato et le descend. Son sexe jaillit, dur et fière, un peu de liquide séminal perlant au bout de son gland d’un rose profond sur sa peau basané. Un ravissement pour les yeux.

Cependant, je ne suis pas seulement là pour regarder. La vue est un sens magnifique, mais en l’occurrence, la seule chose que je veux faire avec ce sexe turgescent, c’est le gouter. Ce que je fais, englobant ce merveilleux morceau de chaire dans ma bouche qui est, rappelons-le, plus chaude que celle d’un humain normal.

C’est à ce moment, que Masato perds totalement le contrôle. Dans un gémissement, il prend ma tête d’une main tandis que l’autre prends son amant par les épaules comme pour s’enfoncer en lui. C’est en fait sa langue qui s’enfonce encore plus dans le gosier du petit chat qui ne semble pas s’en plaindre.

Bientôt, sans se concerter, nous changeons de position. Masato, qui a perdu son pantalon, son boxer et ses chaussures dans la bataille, se retrouve allongé sur le lit. Natsu, qui est toujours habillé et au-dessus de lui et alterne entre ses lèvres, son cou et son torse tandis que moi, à genoux sur le sol, j’ai toujours dans la bouche le sexe de Masato. Il est heureux que personne n’entre à ce moment parce que c’est une véritable orgie dans cette infirmerie.

Un fait me gêne, c’est que Natsu est encore habi…non, plus complètement puisque Masato vient de lui enlever son tee-shirt. Cependant, il porte toujours le bas que je vois tendu par son érection. Charitable, comme toujours, j’entreprends de libérer le jeune sexe de ses gangues de tissu avant de virer les opportuns (je parle bien évidemment des tissus). Magnifique. Le petit gland de Natsu est tout rose et tranche sur la peau pale du reste de son sexe. Je lâche le sexe de Masato pour celui-là qui m’a l’air tout aussi délicieux. Et je ne me trompai pas. Si le sexe de Masato a un gout à la fois épicé et suave, celui de Natsu est plus sucré, plus doux. J’alterne de l’un à l’autre jusqu’à ce que l’un d’eux explose. Evidemment, c’est celui de Masato que je travaille depuis plus longtemps. Déjà pendant la fellation, je sentais l’énergie de plaisir dégagé par les deux garçons délicieuse, mais là, la jouissance sembla remonter mes batteries tandis que le sperme qui coulait dans ma gorge me nourrissait dix fois mieux que le mien. Le plaisir que Masato avait ressenti l’avait fait se cabrer avant de retomber sur le lit.

Décidé à ne pas faire de jaloux, je monte sur le lit et prends Natsu par la taille pour le mettre sur le dos (en faisant bien attention à sa queue…de chat). Je lance un clin d’œil à Masato qui me regarde manipuler son amant et lui dit :

- TU VIENS ME DONNER UN COUP DE MAIN ?

Le son de la Voix l’électrise et il se relève pour me rejoindre. C’est cote à cote que nous attaquons le sexe du jeune Natsu, lui à gauche et moi à droite, une jambe sur le lit et l’autre sur le sol par manque de place. Quand l’un suce la tige, l’autre s’occupe des testicules en dessous quand nos deux bouches ne sont pas toutes les deux sur la verge dans une sorte de baiser à trois. Au-dessus j’entends le jeune Natsu qui ne cesse de gémir et même de miauler. Un coup d’œil en haut me le montre rouge, les yeux embués de désir et de plaisir, la bouche entre ouverte et le visage rouge. Ses mains alternent sans cesse entre les draps qu’il empoigne et son propre corps qu’il caresse.

Enfin, son corps se tends, je sens qu’il va venir. Masato se dispute avec moi pour savoir qui aura droit d’avoir la semence du jeune homme. Je gagne. De nouveau, ce liquide si nutritif pour moi coule au fond de ma gorge et me nourris, me comble, me revigore.

Masato est remonté vers le visage de Natsu dont la respiration ne s’est pas encore calmée et dont les yeux semblent encore noyés dans leur plaisir. Je les regarde s’embrasser comme deux amants, mais je n’en ai pas fini avec eux, ils sont loin d’avoir tout donnés.

Je m’adosse à la tête métallique du lit, une jambe de chaque côté, pendant dans le vide. J’ouvre mon pantalon et dit quelques mots pour rallumer leur désir.

- ET SI VOUS VENIEZ VOUS OCCUPER DE MOI ?

_________________
Make Sex not war - Sex Is Better - Sex Is Fun - Sex Is Life
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Masato Tanaka
Mister Contrat Sexy 2013
avatar

Messages : 239
Date d'inscription : 21/06/2012

fiche personnelle
Préférence : seme
liaison :
race : Bèrzéluts (Démon)

MessageSujet: Re: Mon nouveau royaume de perversion [Yaoi]   Dim 31 Mar - 21:25


Tout se passa vite par la suite. J'ai vu Natsu se lever, sans réagir. Pourquoi? Sûrement content qu'il se lève.

- Merci de vous être occuper de moi, mais, mais... Je ne peux pas rester j'ai cours et ...

Sur le coup, je n'ai vraiment pas écouter ce qu'il a dit. C'est quand il a crier un grand "ahhh ma queue" que j'ai sauté sur mes pieds. Mais qu'est-ce qu'il a fait?! Quelle queue?! Avant que je ne puisse courir pour allez voir comment il va, l'infirmier était déjà accroupi près de lui.

- T’es mignon mais t’es un tout p'tit peu con

Je rêve, où il vient de le traiter de con. Je m'avance vers lui pour lui faire une remarque quand il dépose Natsu sur le lit et qu'il me demande de reculer. Pendant un instant je pense à lever mon sourcil en signe de "Tu te fous de qui là" mais mon corps à réagis automatiquement. La voix du type devient grave, sensuelle. Il délire là... Sortant de ma transe je secoue la tête et l'observe attentivement.

- Qu’est ce qui vient de se passer ?

Bon au moins, il n'a pas eu l'air de comprendre ce qui était arrivé. Je ne suis pas fou, je n'ai donc pas d'hallucination. Ne me dite pas que se scientifique de malade à filer un pouvoir de contrôle à quelqu'un... a-t-il la moindre idée du danger de ce que ça pourrait donner...

- Je pense... que c'est ton pouvoir. Je vais te la faire en bref. Le scientifique file une sorte de pouvoir à chaque personne de l'école, et cela dès l'entrée. Il s'amuse sur nous et fait des expériences. Ensuite on se réveille dans le hall, et pouf, on a un pouvoir (ou plus).

Enfin bon, j'ai l'impression d'en avoir un deuxième, mais étant donné que je n'ai pas encore pu trouver lequel... je sais juste que ça a un rapport avec Natsu, d'où le fait que j'ai l'impression d'avoir un lien avec ce neko. Bref, je m'égare.


-Au fait, je m'appelle Masato. Le pouvoir du type qui vient de se planter c'est l'invisibilité. Le mien c'est un pouvoir de réparation et de destruction sur tout type d'objet.

Lestan se concentre sur Natsu, qui gigote dans tous les sens.

- ARRÊTE DE BOUGER !

Il vient à nouveau de l'utiliser et voilà qu'un gémissement sort de la bouche de Natsu. Je rougis inconsciemment. Il va m'énerver ce pouvoir je le sent. Hé, il n'a pas intérêt à tester son nouveau pouvoir sur nous, sinon je risque de ne pas me contrôler...

L'infirmier se relève vers moi. Une lueur qui s'annonce mal passe dans ses yeux.

- Ce n’est RIEN, il faUT JUSTE QU’il se repose comme tout à l’HEURE, SI POSSIBLE SUR LE VENTRE.

Grr. J'enrage. Je fulmine. Il joue et s'amuse ce con. A chaque mot prononcer suavement, je retiens un gémissement, et de plus en plus difficilement. Certains m'échappent.

- ET BIEN MON PETIT MASATO, EST-CE UNE IMPRESSION OU BIEN TU ES TENDU ?

A ton avis, à cause de qui. J'essaie de ne pas bouger. Je me retiens, mais c'est difficile, je vais craquer. Connard, attend quand t'aura finit ton délire, tu vas la sentir passer.

Il s'approche de moi. Les rougeurs à mes joues atteignent un point de jamais vu sur moi.

- MASATO…

J'essaie de reculer, je titube vers le lit de Natsu. J'ai presque failli tomber sur lui. Je retourne la tête vers lui, il est rouge et miaule légèrement. Non, pas lui aussi. Mon regard vire au rouge au sens propre. Mon côté démoniaque va devenir incontrôlable, ça craint. Avec le pouvoir que j'ai, je risque de faire des dégâts. Non, pas maintenant. Il faut que je me contrôle. Mes yeux sont rouge, je le sait, mais j'arrive encore à me contrôler.

- ET TOI MON PETIT NATSU, QU’EN PENSE-TU ? TU NE CROIS PAS QUE MASATO EST…TENDU ?

Un frisson me parcoure l'échine. Natsu se tord sur le lit.

- ET SI TU M’AIDAIS NATSU ? SI TU LUI ENLEVAIS SA VESTE. IL SERAIT MIEUX.

Non, il délire. Je rêve. Je veux bien qu'il me retire ma veste, mais pas ici, pas avec ce malade... L'infirmier se tourne vers moi et me susurre combien j'ai chaud, combien j'ai envie d'enlever ma veste... et il dépose ensuite sa main sur mon entre jambe. Pourquoi je suis autant tendu, mais c'est dingue. Si je croise ce scientifique dans le couloir, je vais lui dire ma façon de penser. J'enrage, et je sent la chaleur démoniaque grimper en flèche et d'un autre côté je sent une chaleur tout autre, une chaleur apparaissant avec le voix de ce type. Une chaleur à gerber en ce moment. Je gémis, un gémissement étouffer par ma main. Natsu a enlever ma veste. Il ne m'aide pas là... Comment il veut que je résiste? Il s'est attaqué à ma chemise, embrassant chaque parcelle de peau à découvert.

Un flot de sensation m'envahit. Je suis assis sur le lit. L'infirmier me susurrant des paroles chaudes. Et Natsu sur moi, entrain de me déshabiller. J'y crois pas, c'est un rêve et je vais me réveiller... sans déconner là. Quelques instants après, souriant, l'infirmier ouvre mon pantalon et passe sa tête entre mes jambes. Je pose la main sur son épaule pour le repousser, mais Natsu se frotte trop sur moi, je n'ai plus de force.

- Dégage. Non. Arrête ça.

Autant parler à un mur. Je n'ai pas le temps de le repousser d'avantage, Natsu envahit ma bouche, me faisant perdre le fil de mes pensées. Natsu gémit dans ma bouche. Je jette un coup d'oeil à l'autre qui le tripote. Il revient vers moi, tirant mon boxer, laissant ma verge sortir. Je fulmine intérieurement tout en rougissant extérieurement, je suis en totale contradiction entre mes pensées et mes actes. L'infirmier pose ensuite ses lèvres sur mon sexe, me faisant lâcher un gémissement. D'une main je prend sa tête et de l'autre je prend l'épaule de Natsu, enfonçant avidement ma langue en lui. Je m'énerve encore intérieurement. Cette perte de contrôle me fait lâcher un peu plus mon aura démoniaque. Mes ongles de démon sortent, s’enfonçant légèrement dans la peau de Natsu et celui de Lestan.

Je ne sais comment, mais je me retrouve coucher sur le lit. Natsu toujours coller à moi, se frotte encore. Il est rouge, il en veut? Je lui retire son T-shirt. Mmh, Chaton, je ne me lasserai jamais de te voir nu. Ah! Mais ce n'est pas le moment de penser à ça... L'infirmier lâche mon sexe pour s'occuper de Natsu. Même si j'ai envie de lui foutre une droite... au moins ça me permet de réfléchir pendant qu'il s'occupe de lui. Je me relève doucement du lit. Il ne faut pas qu'il se rende compte que je...

- TU VIENS ME DONNER UN COUP DE MAIN ?

Mais c'est pas vrai! C'est un combat de titan ce truc. Mon corps réagis tout seul. Je m'allonge près de lui et on s'attaque tout deux à la verge de mon chaton... Natsu ne se contrôle pas non plus. Il est rouge et halète. Nos regards se croisent et je boue encore plus. Ma tension grimpe en flèche. Je ne peux pas rester comme ça. Il rêve! Son pouvoir à bien un limite de toute façon... Je monte vers le visage de Natsu. Je l'embrasse goulument et lui mordille son lobe d'oreille. Je lui susurre quelque mots, que seul lui peut entendre.

- Je ne ... vais pas ... le laisser continuer... Arrête moi après.

Je me relève. L'infirmier s'adosse à la tête du lit. Il ouvre son pantalon.

Il en est hors de question. Il se prend pour qui. Je redresse. Mes yeux rouges, mes ongles sont de sortie... et la je craque, je perds le contrôle. Mes ailes sortent me faisant pousser un hurlement de douleur. Après quelques instants, je m'appuie sur la chaise pour me relever. Celle-ci se brise grâce à mon pouvoir. Je me redresse.

- Non

Oui, je ne contrôle plus rien, donc il ne sait pas contrôler mes pulsions. Et toc, ça ne marchera plus sur moi pour l'instant... Je soupire, hargneux. Il ouvre de grand yeux ébahit. Et oui coco, tu crois quand même pas que ton pouvoir est sans limite... Mon regard croise quelques secondes celui de Natsu. Je me détourne aussi tôt. Je déteste qu'il me voit comme ça. Mon autre personnalité n'étant pas la plus géniale.

Je m'avance d'un pas vers l'infirmier.

- Toi, tu vas le regretter. Tu as choisis la mauvaise personne avec qui faire joujou.

Je m'approche vers lui. Posant ma main sur son épaule. Mes ongles s'enfonce dans son épaule droite. Je souris... d'un sourire glaciale. Qu'est-ce que je vais bien pouvoir lui faire. Mon sourire passe de glaciale à sadique. Et si je lui donnais du plaisir en enfonçant mes ongles là où je pense. Cette pensée me donne envie... de jouer.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Natsu Kô

avatar

Messages : 318
Date d'inscription : 09/05/2012
Age : 21

fiche personnelle
Préférence : Uke
liaison :
race : Hybride chat !

MessageSujet: Re: Mon nouveau royaume de perversion [Yaoi]   Lun 1 Avr - 20:27

- T’es mignon mais t’es un tout ptit peu con

Cette remarque venait de l'infirmier était venu au secours du Neko en ouvrant la porte et l'attrapant par les épaules pour le diriger vers le lit où il était il y a quelques secondes. Ce commentaire ne fit rien à Natsu à part peut-être lui tirer une mine gênée. Ce n'était comme si c'était la première fois qu'on lui disait ça. Le jeune homme avait beau avoir beaucoup changer à son arrivée à l'académie, il était toujours aussi maladroit.

L'infirmier donna l'ordre à Masato de reculer, mais sa voix avait été bien différente des fois précédente, elle était plus grave Natsu cru un instant qu'il allait se laisser rougir et il entendit le démon sortir un petit gémissement. QUOI ?! Masato avait gémit juste en entend cet homme ? Quelque chose ne tournait pas rond et apparemment tout le monde dans cette pièce l'avait compris vu que l'infirmier demanda ce qu'il venait de se passer. C'est donc Masato qui lui répondit en lui expliquant qu'il s'agissait sûrement de son pouvoir. Un voix permettant de contrôlé les autres ? Natsu priait pour que cet homme ne l'utilise pas à mauvais escient. Par la même occasion, le démon avoua qu'il pouvait détruire et réparer des objet alors que son colocataire savait se rendre invisible.

Le Neko écoutait avec attention les propos de son amant. En même temps il laissait sa queue se balancer de droite à gauche comme si ces mouvement allaient atténuer la douleur ou alors s'était pour éviter les mains de l'infirmier. Mais apparemment ce petit jeu l'énerva rapidement et il recommença avec sa voix bizarre :

- ARRÊTE DE BOUGER !

Gémissant en entendant la voix qui lui était adressée, Natsu avait sentit pendant un instant une sorte de désir monter en lui et il n'avait pu s'empêcher de lâcher se petit cri. Et il n'avait pas pu s'empêcher d'obéir et immobilisa sa queue le temps que l'infirmer lui accorde quelques soins. Ce dernier se retourna donc pour s'adresser à Masato histoire de lui donner de nouveaux quelques conseils. Mais le ton de sa voix n'était plus le même qu'avant, on avait l'impression qu'il tentait... De l'accorder comme un musicien accorde son instrument. Et soudainement il changea totalement de sujet :

- ET BIEN MON PETIT MASATO, EST-CE UNE IMPRESSION OU BIEN TU ES TENDU ?

Même si ces mots ne lui étaient pas adressés, Natsu rougit mais en même temps il avait très envie de se lever pour aller frapper cet infirmier. Mais pour qui il se prenait à parler ainsi à l'amant de Natsu ! Car oui... Le Neko était très possessif alors de voir un autre homme s'approcher du sien l'énervait au plus au point. Il se tourna donc sur le côté pour voir ce qu'il ce passait et à cet instant Masato faillit tomber sur lui.

- ET TOI MON PETIT NATSU, QU’EN PENSE-TU ? TU NE CROIS PAS QUE MASATO EST…TENDU ?

Un grand flot de sensations plutôt (même très) agréable monta dans tout le corps du Neko qui se tordit pour évité de laisser transparaître ce qu'il ressentait. Ce qui en soit n'était pas forcément la meilleure idée qu'il ai eu.

- ET SI TU M’AIDAIS NATSU ? SI TU LUI ENLEVAIS SA VESTE. IL SERAIT MIEUX.

Déshabiller Masato n'était pas ce qui dérangeait le plus Natsu. Mais le faire ici devant un inconnu oui. Surtout que ce dernier était un peu trop proche de son amant au goût du Neko, seulement il en pouvait pas résister à l'envie qui le tiraillait d'enlever cette veste. Il se mit donc à l'oeuvre. Pendant se temps là, l'infirmier se préoccupe de l'entrejambe de Masato, le faisant gémir une fois de plus. Faisant comme si il n'avait rien entendu, Natsu ne pu résister à la tentation et commença à déboutonner la chemise de son amant tout en embrassant chaque partie de peau qu'il découvrait.

Le démon était à présent assis sur le lit et l'infirmier se mit à le déshabiller. Bien sûr Masato tenta de se rebeller, en lui lançant des paroles qu'il espérait sûrement décourageante. Seulement n'arrivant plus à se contrôlé, Natsu, qui avait finit de lui enlever sa chemise, colla à son amant pour aller l'embrasser passionnément. Le Neko sentit alors une main se glisser sur son entrejambe le faisant gémir dans la bouche de Masato tout en serrant les jambes comme pour forcer cette main à rester. C'était affreusement gênant de se faire toucher par un autre homme alors qu'il embrassait son amant, mais plus rien ne semblait tourné rond ici. Même Natsu n'arrivait plus à pensé posément laissant ses désirs agir à sa place.

C'est alors qu'un nouveau gémissement de Masato résonna dans la pièce. Le Neko ne savait pas bien se qui se passait en dessous de lui, même s'il s'en doutait il ne préférait pas y songer. Le démon l'attrapa alors par les épaules embrassant avec plus de vigueur son colocataire. Le Neko cru même sentir quelque chose s'enfoncer dans sa peau à l'endroit où était la main du démon.

Puis tout le monde change de position, Masato se retrouve ainsi allonger sur le lit et Natsu se frotte contre lui tout en embrassant tour à tour son torse, ses lèvres et son cou. Le démon ôte alors le tee-shirt de son amant qui retourna immédiatement se coller à lui. Mais à cet instant, l'infirmier lui enlève ses derniers vêtements et prend le sexe du Neko en bouche pour commencer à alterner entre les deux jeunes hommes jusqu'à ce que Masato explose.

L'infirmier attrape donc Natsu par la taille et le retourne avec précaution pour qu'il se retrouve sur le dos, il demande alors à Masato de lui venir en aide grâce à sa voix manipulatrice. Incapable de réagir à cause du surplus de plaisir, le Neko laisse les deux hommes s'occuper de son entrejambe, alors qu'il ne cesse de gémir, le visage rouge. Natsu se raidit soudainement. Masato remonte donc vers la bouche de son amant qu'il embrasse sans se priver. Il se met ensuite à lui mordiller le lobe d'oreille et lui susurre avec difficultés :

- Je ne ... vais pas ... le laisser continuer... Arrête moi après.

La phrase électrise le Neko, alors ces griffes qu'il avait ressentit tout à l'heure c'était... Natsu n'eut pas le temps de finir sa pensée que tout se passa vite, l'infirmier s'installa contre la tête du lit usant une fois de plus de son pouvoir pour attirer les deux jeunes hommes. Le Neko allait d'ailleurs lui obéir, mais Masato brisa une chaise ce qui attira l'attention de l'hybride sur lui. Ces ailes et ses griffes démons étaient sortis, ces yeux étaient devenu aussi rouge que le sang et l'aura de Masato était devenu affreusement sombre. Il attrapa alors l'infirmier par l'épaule sans se priver de lui perforer la peau de ses griffes.

Natsu comprenait alors les paroles de son colocataire quand il disait qu'il fallait l'arrêter. Si personne ne bougeait, Masato risquait de tuer cet homme sans aucuns remords. Tous plaisir oublié, Natsu se dirigea vers son colocataire et le pris dans ses bras pour le tirer vers lui. L'hybride résista à l'envie de lui embrasser tout ce magnifique dos juste devant son nez jusqu'à remonter vers la nuque du démon, pour directement se redresser tout en resserrant son étreinte, il n'accorda pas un regard à l'infirmier pour glisser à l'oreille de son amant :

- Calme-toi Masato, moi non je n'aime pas l'idée d'avoir été forcé à faire de telle choses avec lui. Et l'idée qu'il t'ai touché m'est encore plus insupportable. Mais arrête. S'il te plait, arrête.

_________________


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lestan Dalos

avatar

Messages : 8
Date d'inscription : 23/03/2013
Age : 29

MessageSujet: Re: Mon nouveau royaume de perversion [Yaoi]   Mar 9 Avr - 7:30

C’est assez impressionnant j’avoue. Les yeux rouges, les griffes, les ailes, voilà de quoi foutre les chocottes à n’importe qui. Même mon nouveau moi. Je dois dire que sur le coup, j’ai été surpris de voir Masato me sortir la panoplie intégrale du démon…mais pourquoi j’en ai pas moi ? je trouve ça vraiment injuste.

Le démon brun pose sa main sur une chaise et à juste le temps de se relever qu’elle part en morceau. Voilà donc son pouvoir, c’est assez impressionnant je dois dire. Mais le bruit de la chaise a attiré l’attention du chaton sur le démon. Celui-ci se détourne, il a l’air d’avoir honte de ses attributs. C’est tellement pathétique. Ils semblent tout deux gênés par leur propre nature. Ils ne pourront vraiment être heureux ensembles s’ils ne s’acceptent pas eux-mêmes totalement.

Aouch. J’avoue que des ongles dans la peau c’est…agréable en fait. Mon ancien moi aurais glapit comme une fille mais mon nouveau moi à l’air d’apprécier. On en apprend tous les jours. Je suis aussi masochiste. Voilà qui m’ouvre un tout nouveau monde de plaisir. Je sens mon sang couler le long de mon épaule mais je sens aussi un autre liquide monter et ceux, assez rapidement. La douleur ne fait qu’augmenter encore mon excitation et je sens la jouissance monter encore.

Tout à mon plaisir, je n’ai pas vue le chaton s’approcher du démon pour le prendre dans ses bras. C’est seulement quand il se met à parler que je m’aperçois qu’il s’est collé à son dos.

- Calme-toi Masato, moi non je n'aime pas l'idée d'avoir été forcé à faire de telle choses avec lui. Et l'idée qu'il t’ai touché m'est encore plus insupportable. Mais arrête. S'il te plait, arrête.

C’est dégoulinant de bons sentiments, je vais vomir. En tout cas, le démon semble écouter le chaton. Il met un peu de temps mais il retire ses griffes de mon épaule. Le glissement des griffes sortant de ma chair provoque en moi une pointe de douleur qui me fait exploser. Dans un gémissement, je jouis dans mon boxer sous les yeux incrédules de mes deux charmants élèves. Le plaisir provoqué par une tierce personne finit de ma rassasier totalement, je me sens plein d’une énergie nouvelle, une chaleur douce : celle de la satisfaction.

Je me relève en riant sous les yeux toujours incrédules du chaton et du démon dont les yeux ont commencé à retourner à leur couleur normale.

- Je dois avouer que vous avez été parfait tous les deux, je suis satisfait. Vous ne me devez plus rien pour les soins que je vous ai donnés.

Je sais, je suis l’infirmier donc c’est normal que je soigne. Ne commençons pas à chipoter sur les détails…ce que mes deux charmants petits font évidemment.

- En tant qu’infirmier oui, mais je ne suis pas un simple infirmier. Je suis un démon et tout ce qu’un démon donne, il le reprend. On doit toujours payer les services d’un démon. J’ai soigné le chaton et en échange, vous m’avez nourri de votre jouissance. En tant qu’Incubes, je me suis nourri de votre plaisir et de votre semence. Ils m’ont rendus mes forces et me permettent de survivre. Au fait, soit content Masato, j’ai décidé de partager les frais entre toi et ton petit chaton. Si j’avais respecté le code stricto sensu, je me serais uniquement occupé du petit chaton et crois-moi, je ne me serais pas arrêté à une simple fellation.

Je sens Masato se tendre. Ce que je dis ne doit pas lui plaire. Tant pis, de toute façon, je n’ai pas fini.

- De toute façon, de quoi vous plaignez vous ? Vous avez eu du plaisir et ensemble qui plus est alors de quoi vous plaignez vous ? Que ce soit un plaisir coupable ? Honteux ? Mais comment pourrait-il être plus honteux que celui que vous devez ressentir quand vous êtes seul. De ce que je vois, vous ne fait jamais que vous cachez l’un de l’autre. Vous êtes des démons, tout comme moi. N’en ayez pas honte car ça risque pas de changer de sitôt. Si vous ne vous acceptez pas rapidement vous-même, comment pourrez-vous vous accepter l’un l’autre ? C’est sûr, pour le moment tout va bien, mais que ferais vous quand votre instinct prendra le dessus. Si vous ne l’acceptez pas rapidement, vous ne ferez que le subir et vous risquez de vous faire mal.

Je réajuste ma blouse et reboutonne mon pantalon. Je suis tout humide, dois-je aller me changer ?... naonnnn. Les deux continue à me regarder alors que je les ignore. Je m’approche de mon bureau et m’y assois.

- Vous pensez peut-être que je suis hypocrite ? que je ne sais pas de quoi je parle ? peu m’importe en vérité, votre avis ne m’intéresse pas vraiment. Mais une partie de moi respecte les sentiments mutuels que peuvent avoir deux personnes l’une pour l’autre. C’est pathétique et ça me rends nauséeux, mais bon, je ne peux rien y faire après tout. Maintenant, je suppose que vous aimeriez partir. N’oubliez pas de prendre un peu de désinfectant et des bandages en partant, il faudra changer le pansement du chaton avant d’aller se coucher et éviter de compresser la blessure.

Je me retourne vers mon bureau et sort des dossiers. En vérité, je ne travaille pas vraiment, c’est juste une sorte d’échappatoire pour éviter de leur parler plus longtemps parce que je ne sais plus du tout quoi leur dire…faut vraiment que je trouve un…des amants consentants. Ça va devenir lourd si je dois faire des discours pseudo-philo pour me débarrasser des autres…ou alors éviter les amoureux, trop dégoulinant pour moi.

J’espère qu’ils vont partir rapidement, je ne vais pas être capable de faire semblant de travailler bien longtemps…

_________________
Make Sex not war - Sex Is Better - Sex Is Fun - Sex Is Life
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Mon nouveau royaume de perversion [Yaoi]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Mon nouveau royaume de perversion [Yaoi]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le Royaume perdu d'Arnor
» nouveau laby ror et tot la solution pour le parcourir
» le nouveau gouvernement
» Nouveau parc industriel dans l'aire de l'Aéroport
» nouveau supplement-non officiel?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: la gakuen Bakemono :: infirmerie-
Sauter vers: