[forum yaoi] Une école dirigée par un scientifique qui se prend pour dieu et crée de toutes nouvelles races...

 

Partagez | 
 

 Quand un poisson sèche et prend son pied [PV: Lestan Dalos] [X]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Tobias Watanabe

avatar

Messages : 30
Date d'inscription : 12/01/2013

fiche personnelle
Préférence : seme
liaison :
race : Triton

MessageSujet: Quand un poisson sèche et prend son pied [PV: Lestan Dalos] [X]   Jeu 4 Avr - 16:51

La première nuit... Une véritable horreur... Je n'arrêtais pas de me réveiller en sursaut, la gorge sèche, je ne cessais de boire abondamment... Il me semble avoir engloutit... Trois litres d'eau de toute la nuit... Enfin, je n'allais pas non plus me plaindre, j'avais un endroit où dormir sans craindre d'être expulsé... Si ce n'est si on me tue ou bien s'ils ne veulent plus de moi... Ce qui est fort possible... Et puis je pouvais bien manger également! Et je pouvais pratiquer mes deux passions: le chant avec la musique et le sexe. … Enfin... Je n'avais pas encore essayé la deuxième de mes passions... Quel dommage! Mais tout de même! Je n'allais pas m'en prendre à de pauvres petites créatures inoffensives telles que mes élèves! Non, non et non! Jamais je n'oserais leur faire ça! … Sauf si... Sauf si évidemment on me tente.. Ce qui est véritablement très très simple.

La matinée avait été longue, dure, j'avais du mal à supporter cette horrible fraicheur. Heureusement que je n'avais pas cours et donc que j'étais resté enfermé dans ma chambre, pas moyen de sortir! C'est complètement l'Alaska dehors... Quelle température? Hm... Je dirais bien vers les... -4C°! Je regardais alors sur le thermomètre: 14C°... Pas possible... Non... Du tout... J'enfilais alors un manche longue assez moulant, noir, dont le col était en V, avec un simple jean bleu marine tout aussi proche du corps, et pour me réchauffer, rien de mieux qu'un bon sweat blanc! Bon... Maintenant je m'ennuyais dans ma chambre, je regardais les murs, mes affaires un peu partout (oui, je n'avais pas du tout envie de les ranger) puis la porte. Et ce pendant quelques minutes. Au bout d'un moment, mourant de cet ennui quasi royal, je finis par me décider à me promener en ces lieux que je ne connaissais pas encore, mais que je voulais découvrir.
Je marchais longuement avant de trouver le jardin, là j'y trouvais des fleurs jolies, des nouvelles odeurs agréables. Puis je me promenais un peu partout, je découvris le complexe sportif, la bibliothèque, certaines salles de cours, sans oublier l'infirmerie, d'ailleurs je ne voulais pas y entrer pour ne pas déranger le(s) infirmier(s), les pauvres devaient avoir un travail monstre. Et surtout je n'avais pas très envie de me frotter à ce genre de personne, les scientifiques sont généralement... Très spéciaux... Je m'imaginais déjà les boutonneux... Des intellos presque... Mais peut-être que j'avais tort...
Mais après une courte réflexion, je me rappelais de ce foutu directeur qui ne l'avait même pas accueilli! Il s'était retrouvé à l'entrée de l'établissement, puis pouf! Plus rien! Paf! Clac! Et je ne sais plus quoi! Le vide, la mort, et les souvenirs... Tristes souvenirs d'ailleurs. Tant pis! Il fallait oublier, le passé était le passé et cela reste toujours le cas! … Que je sache. Enfin, après cette courte réflexion au sujet des scientifiques en général, je découvris la salle des professeurs, puis les douches et les toilettes. Et enfin, je retournais dans ma chambre.

Désespéré de ne rien avoir à faire. Je finis par ranger ma chambre, je pliais correctement mes vêtements, les rangeais là où ils devaient être rangés. Enfin bref, que de l'ennui en cette triste première journée. Enfin, triste... Façon de parler. J'espérais que cela allait changer, et cela le pouvait encore, nous étions en plein milieu d'après midi, alors oui il y avait encore des chances pour que ça change.
Et soudain, j'eus une sorte de vertige. Une sueur froide parcourut mon corps. Je ne me sentais pas bien, non, vraiment... Ma gorge était horriblement sèche, un mal de tête s'empara de moi, je me mis à haleter, ce qui séchait encore plus ma langue. Je commençais à avoir des troubles de vue, je me mis à avoir peur... Qu'est-ce qui allait m'arriver encore ?! Je m'avançais vers un mur, posant ma main dessus pour m'aider dans ma démarche. Mon corps tremblait, ma peau devenait sèche. Il me semblait que le chemin le plus court était celui vers les toilettes, je ne sais pas pourquoi... Ah oui... Je voulais boire.
Je marchais toujours en me tenant au mur, il ne fallait pas que je tombe, mes jambes n'allaient pas me tenir très longtemps. J'arrivais enfin, j'ouvris la porte et entrais en titubant, je m'appuyais violemment au lavabo... J'avais soif... Très soif... J'ouvris le robinet et plongeais la tête vers l'eau qui coulait. Qu'est-ce que j'avais à être autant assoiffé ? J'avais pourtant bu de nombreux litres en peu de temps... J'ouvris ma bouche et laissais entrer le liquide, je sentis une légère différence. Mes jambes tremblaient davantage, et je n'eus pas le temps de me positionner correctement que je me retrouvais par terre, allongé. Je sentais l'eau ruisseler sur ma mâchoire, la goutte descendait lentement mais sûrement sur mon cou. Je frémis. J'en avais encore sur les lèvres alors, par réflexe, je passais ma langue dessus. Je fermais à moitié mes yeux essayant de me calmer et de comprendre ce qu'il m'arrivait. Je sentis soudainement une douleur vive au cou, ma peau me démangeait... Alors je grattais presque en l'arrachant. Étrangement, cette sensation lorsque je me grattais me rendait... Plus... Sensible.... Enfin... Pas tellement... Je me sentais frémir, un plaisir intense m'envahit, cela me faisait tellement de bien... Oui... Tellement... Et partout. Alors que je continuais de manière plus ardente, je glissais une main sous mon jean, d'ailleurs je commençais à m'y sentir légèrement à l'étroit. Je me laissais tourner sur le côté, haletant légèrement, mes griffures (parce que à ce stade ce n'était plus un simple grattage, ça allait à la griffure intense) me procuraient un plaisir tel que cet endroit de mon corps semblait être devenu le plus sensible. Je ne cessais pourtant pas mes caresses sur mon sexe. Et je ne m'arrêtais que lorsque, après avoir légèrement baissé mon jean et mon boxer, je finis par me vider sur le sol.
Haletant, je sentais mes joues bouillir de gêne. Je restais un moment là, sans bouger. Puis, je me redressais et tentais de me relever en me tenant au lavabo. Mais mes jambes, étant capricieuses et tremblantes de cet actes que l'on pourrait qualifier de malsain, mais aussi par l'assèchement de ma gorge et de mon corps qui recommençait encore, ne me laissèrent pas rester debout, même en me tenant, rien ne servait. Mes halètements étaient plus forts, au point que je commençais à avoir mal au niveau de la poitrine. Je me laissais tomber par terre, priant pour que personne n'arrive en ce lieu.. Quoique j'espérais quand même afin d'avoir de l'aide. Je me mis sur le ventre, redressé sur mon avant-bras, ma main libre se posa automatiquement sur la base de mon cou, j'essayais de me calmer. Mais je sentais une seule véritable envie, mis à part celle de continuer de me gratter le cou, qui était boire de l'eau. Je me sentais faiblir et je murmurais d'une voix sifflante:

« De l'eau... Il me faut... De l'eau... »

J'espérais quand même que quelqu'un m'entendrait, même si je savais parfaitement que je ne parlais pas très fort à ce moment... Et comment le faire étant donné que ma voix était très sèche?! Je croyais que j'allais mourir et pourtant je trouvais cela stupide, je ne vois pas comment je pouvais mourir de soif si j'avais pourtant bu je-ne-sais-plus combien de litres durant la nuit et le début de matinée.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lestan Dalos

avatar

Messages : 8
Date d'inscription : 23/03/2013
Age : 28

MessageSujet: Re: Quand un poisson sèche et prend son pied [PV: Lestan Dalos] [X]   Mar 9 Avr - 18:18

Décidément, ce nouveau patrimoine génétique à beaucoup d’inconvénient. Voilà que j’ai de nouveau faim. Pas faim de nourriture quoique j’aime beaucoup manger depuis que je suis arrivé. Non, j’ai faim de sexe.

Je suis sur qu’une telle faim pour un humain vaudrait un séjour chez un groupe de parole pour les accros au sexe genre les Sexoolique Anonyme où les Chauds Lapins Honteux. En plus, je me suis rendu compte que mon nouvelle appétit pour les nourritures terrestre un lien étroit avec mes appétits de la chair. Définition : je bande en mangeant. C’aurait été assez gênant pour mon ancien moi mais je dois avouer avoir des tendances exhibitionnistes prononcées. Des plus, imaginer pouvoir lier les nourritures terrestres et les plaisirs de la chair sont un fantasme qu’il me tarde….ouille !

Et merde ! voilà que penser à ça me fait encore durcir dans mon boxer, chose dont je n’avais pas besoin vu le taux de dureté de mon sexe et de mon pantalon. Je me sens serré. Personne à l’horizon, je vais devoir aller me branler. Ça ne vas pas faire beaucoup baisser la pression mais ce sera toujours mieux que rien.

Je sors de l’infirmerie, pas parce que je ne veux pas me branler là…je l’ai déjà fait…et me suis fait surprendre. C’est comme ça que j’ai découverts mes tendances exhibitionnistes. Quelqu’un est entré quand j’avais la main sur le manche et la vision de quelqu’un qui me regardait m’a fait sauter le poireau. Ça valait toujours pas une bonne partie de jambe en l’air mais c’était toujours mieux que de n’être vu par personne. J’aurais bien voulu me nourrir un peu sur mon indiscret visiteur mais il s’est enfui, je me demande bien pourquoi…

Les toilettes…c’est classique mais c’est souvent les choses les plus classique qui marchent le mieux. J’espère que c’est pas trop crade…est-ce que j’aime le crade ?

Pas le temps de répondre à cette question car les toilettes sont déjà occupé. Un jeune homme est recroquevillé sur le sol, ses longs cheveux violets étalés autour de lui. Il semble gémir, l’une de ses mains entre ses jambes. Il a peut-être…besoin d’aide.

Je pose ma main sur son épaule et le retourne. Sa peau est clair, presque grisâtre et semble sèche

- Mon corps…faut…de l’eau, tente-t-il de dire.

Essayant de ne pas penser à une certaine pub, assez vieille maintenant, sur des enfants qui demande de l’eau à leur mère, je le prends sous les bras et le soulève. Il n’y a aucun verre dans le coin, alors je rapproche son visage du lavabo et ouvre le robinet. Il avale l’eau comme un assoiffé, ce qu’il semble être. Mon côté médecin remarque que l’eau qui tombe sur sa peu semble instantanément être aspiré par les pores. Elle semble alors moins grise. Mais qu’est que le Scientifique à fait de lui.

En tout cas, boire ne sera pas suffisent. Il faudrait qu’il s’immerge totalement. Heureusement, j’ai une baignoire dans ma chambre. Lui prenant les jambes de mon autre main, je le sépare du robinet et sort rapidement des toilettes. Il n’a pas l’air bien, il me frappe et réclamant de l’eau. S’il croit que ça va me faire lâcher il se trompe, je suis trop maso pour ça.

Arrivé dans ma chambre, je le pose sur le lit et me précipite à la salle de bain pour lui faire couler un bain. J’avais vérifié sa température, il était gelé donc je manipule les robinets pour faire couler de l’eau chaude. En attendant qu’il se remplisse, je retourna à mon nouveau patient et le déshabille. Il est pas mal, même desséché. Un corps élancé, finement musclé…heureusement il a arrêté de se débattre, il doit s’être évanoui. Je ne vais tout de même pas profiter de son corps sans défenses. Non, mais il ne faudrait pas me pousser trop longtemps…trop tard. Je viens d’enlever son boxer et il bande. Ok, il me cherche en fait. C’est une réaction assez égocentrique et puéril mais je m’en fiche, j’ai trop envie de baiser. Quoique je vais peut-être attendre qu’il soit réhydraté.

Je le prends de nouveau comme une princesse et le dépose dans la baignoire qui est totalement remplie. L’eau déborde, mais ce n’est pas bien grave. Je laisse sa tête en surface mais prends une éponge pour passer de l’eau sur son visage. Il commence à reprendre conscience. Il papillonne des yeux qui se posent sur moi. Il sursaute et sa tête plonge sous l’eau. Je le rattrape rapidement pour ne pas qu’il se noie et le remonte à sa surface. Ses yeux embués se posent à nouveau sur moi. Ses yeux bleu clairs semblent voilés. Il a l’air cuit le mignon. Mais je n’ai pas le temps de tenter quoique ce soit pour me l’approprier que c’est lui qui s’approprie mes lèvres. Il s’accroche à moi et me tire dans le bain avant de me plaquer en dessous de lui.

Je suis trempé et j’ai sur moi un mignon petit gars super excité et qui semble vouloir de la queue…que demander de plus. Il est toujours à fond sur ma bouche quand je prends sa tête entre mes mains pour approfondir le baiser.

Il se dégage et, prenant appui sur mon torse, il me regarde dans les yeux en se léchant les lèvres. On dirait que j’ai de la chance. Vive le sexe.

Il se précipite à nouveau vers moi mais cette fois s’attaque à mon cou. Ses lèvres embrassent ma peau, sa langue la lèche et ses dents me mordillent. Plus bas, mon sexe se réveille un peu plus et je le sens pulser contre ma cuisse. Je décide d’entrer dans la dance à mon tour. Mes mains se mettent à parcourir le corps de l’éphèbe. Alors que la gauche parcoure son flanc, la droite caresse ses longs cheveux. Mais celle-ci doit rapidement se retirer quand mon amant se met à descendre le long de mon torse.

Je sens le frisson de plaisirs parcourir tout mon corps à chacun des contacts de ses lèvres, de sa langue ou de ses dents sur ma peau. Soudain, il arrive à l’un de mes tétons qu’il mord un peu fort.

- OUI !!!! Gémis-je.

Sans m’en rendre compte, j’avais utilisé mon pouvoir. Mon amant par contre s’en était rendu compte et le plaisir avait dut prendre possession de lui car il gémit en lâchant mon téton et se releva. La bouche entrouverte, la langue pendante parcourant ses lèvres, il me toisait à nouveau. Sous l’eau, je pouvais voir son sexe dur et vibrant.

Je souris et le prends par les hanches pour frotter mon entrejambe sur ses fesses.

- TU LA VEUX ?

Le petit poisson violet gémit et hoche la tête.

- ALORS…VIENS LE PRENDRE…

Ce n’est pas un ordre, ce n’est pas nécessaire. Je veux juste lui faire ressentir du plaisir.

Il plonge ses mains entre ses jambes pour atteindre la ceinture de mon pantalon qu’il essai de défaire. Je le sens fébrile et tremblant. Pour m’amuser, je luis susurre des mots cochons, utilisant mon pouvoir à son minimum histoire de seulement le faire trembler un peu. J’imagine qu’il serait amusant de faire jouir quelqu’un seulement en usant de mon pouvoir.

Dans un cliquetis, il arrive enfin à ouvrir la ceinture et tente à présent d’ouvrir les boutons de mon pantalon. Il met du temps, mais je ne veux en aucun cas l’aider. J’entretiens juste son plaisir en continuant d’utiliser mon pouvoir.

Enfin, il enlève le premier si bien que les autres suivent rapidement. Reculant, il essai alors de baisser mon boxer mais, avec un sourire sadique, je le repousse et, me relevant dans le bain, le reprends dans mes bras. Il grogne mais je ne le lâche pas. Dégoulinants tous les deux, je nous fait entrer dans la chambre et le jette sur le lit sans le sécher. Il rebondit dessus et me regarde incrédule.

Je souris. C’est partie pour le show (chaud). Langoureusement, j’enlève ma blouse trempé que je jette en arrière puis, prenant les bords de mon pantalon sur me cuisses musclé et l’enlève complètement. Je suis à présent en slip tout près de mon lit. Mon sexe bandé déforme presque totalement mon slip noir. Il faut dire qu’un 24 de longueur sur 6 de largeur, ça à de quoi faire rêver.

Mon amant est à quatre pattes sur le lit. Je le vois presque baver devant le superbe morceau de chaire que je représente. Bon appétit mon petit.

- VIENS, SI TU LA VEUX…

_________________
Make Sex not war - Sex Is Better - Sex Is Fun - Sex Is Life
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tobias Watanabe

avatar

Messages : 30
Date d'inscription : 12/01/2013

fiche personnelle
Préférence : seme
liaison :
race : Triton

MessageSujet: Re: Quand un poisson sèche et prend son pied [PV: Lestan Dalos] [X]   Ven 19 Avr - 22:39


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Quand un poisson sèche et prend son pied [PV: Lestan Dalos] [X]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Quand un poisson sèche et prend son pied [PV: Lestan Dalos] [X]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Pv Ay] Les sang coups de la nuit [Hentaï]
» « Chaque tir n’atteint pas sa cible, chaque prière n’est pas exaucée. » [Mad]
» On avait rendez-vous ? [PV Black Mask]
» Quand le désespoir vour prend (erim)
» Crépuscule, Quand ta vie prend maintes chemins...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: la gakuen Bakemono :: toilettes-
Sauter vers: