[forum yaoi] Une école dirigée par un scientifique qui se prend pour dieu et crée de toutes nouvelles races...

 

Partagez | 
 

 Quand un poisson nait d'un plaisir intense [PV: Lestan] [XX]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Tobias Watanabe

avatar

Messages : 30
Date d'inscription : 12/01/2013

fiche personnelle
Préférence : seme
liaison :
race : Triton

MessageSujet: Quand un poisson nait d'un plaisir intense [PV: Lestan] [XX]   Ven 19 Avr - 22:38

Merde... J'ai peur... J'entends du bruit... Des pas... Quelqu'un. Dois-je être soulagé ou apeuré? Enfin, même si apeuré est un grand mot. Je le regarde comme je peux, sans vraiment faire attention à lui, il me soulève... Qu'est-ce qu'il me veut celui-là?! Pas touche! Qu'est-ce... De l'eau?! AAAAH! C'est dans ces moments que je bénis tout le monde!! Je m'abreuve donc comme un damné, qu'est-ce que c'est bon! Tant pis si l'eau ruisselle sur mon cou, j'ai trop soif pour ça! Je frissonne, c'est ce qu'il me fallait! Et là, je ne comprends pas... Il me prend les jambes! Nan mais nan! Je ne me laisse pas faire bien sûr! Je me débats, je le tape comme je peux avec le peu de force qui me reste! Rien à faire... Alors j'essayais de tendre les mains vers les toilettes en réclamant l'eau qu'il me fallait... Rien non plus... Mais bordel où est-ce qu'il m'emmène?!!

…. Sa chambre....

Il me laisse sur son lit... Qu'est-ce qu'il attend de moi, hein?! J'suis pas un jouet! Je suis juste un pauvre être assoiffé... Je regardais vaguement la pièce, oui seulement vaguement, parce que je vois tout flou... c'est flippant d'ailleurs... Et c'est qu'il persiste! Il ose me déshabiller! Bon.. Je n'ai plus de force... Alors... Qu'il fasse ce qu'il veut... Je m'en fous après tout... et là, plus rien. Le vide. Comme avec la piqûre! Mais là, pas de rêve, rien, le vide total, je ne ressens rien, juste... mon corps qui flotte... Vole... je ne sais pas trop... Et là de l'eau... Ce doit être un rêve, obligé! Mais... Je sens l'eau sur ma peau, je frissonne, j'ouvre alors les yeux, trop de lumière, alors je les referme. Je bats plusieurs fois des paupières pour mieux voir, et je me rends compte que je suis dans une salle de bain avec un inconnu... J'ai peur, évidemment! Alors le premier réflexe: plonger la tête sous l'eau.
Dans ce court instant, je vis mes cheveux flotter autour de moi, dans une magnifique danse lente mais agréable... Et bizarrement, je me sentais respirer mieux qu'à l'air libre. Mais il fallut que l'autre type me soulève la tête. Étrangement, je n'ai pas l'envie de tousser qu'on peut avoir et je ne ressens pas le besoin de me frotter les yeux, non, c'est normal, c'est bon l'eau. Mes yeux se posèrent sur l'inconnu, et je remarquais qu'il était plutôt pas mal... Oui, je venais juste de le remarquer car j'avais retrouver la vue, comme par magie.

Et comme je sentais l'envie me revenir, je plongeais sur ses lèvres, et, comme si c'était normal de faire ça, je l'attire dans l'eau et me mets sur lui, comme si j'allais le dévorer. D'une manière ou d'une autre... Moi? Cannibale? Jamais je n'oserais! Non... Juste... Une pulsion? Horrible! Il faut oublier vite!! Alors je me permets d'apprécier ce baiser, de ne penser qu'à ça... Et en effet, j'ai oublié. Je me redresse, toujours sur lui, me lèche les lèvres... Non je n'ai pas oublié... Et je vois ce cou qui m'attire, je me plonge dessus, je l'attaque à ma manière, creusant un peu mon dos. Je frissonnais à ses caresses, sous l'eau, elles me semblaient plus vraies, plus appréciables que d'habitude... Étrange, vraiment étrange... Tant mieux! Voilà tout ce que j'avais à dire!
A ce moment, je sentis que j'en voulais plus, oui, beaucoup plus, alors je descendis petit à petit sur son torse... Beau torse d'ailleurs... Très beau... Je voulais m'attarder sur un de ses boutons de chair... Mais là il gémit d'une manière très... érotique, je ne pus retenir un gémissement, me cambrant en relevant la tête, je le regardais, j'en avais envie, oui, très envie... Je léchais simplement mes lèvres pour lui faire comprendre. Ah! Qu'est-ce qu'il était bon à se frotter contre moi! J'étais totalement à sa merci... Mais avec grand plaisir! Je laissais donc mes mains glisser sur son ceinturon je ne cessais de me répéter « je le veux, je le veux », c'était tellement bon! Et ses mots! Ah! Ses mots! Qu'est-ce qu'ils m'excitaient! Je me sentais perdre de la force, mais pas question de rester minable comme ça! Même si je dois admettre ne pas rester insensible face à un tel être... Je réussis enfin, au bout de quelques secondes, mais l'enfoiré se lève et ose me porter! J'suis pas un chien! Et pourtant je grogne... Tant pis! Mais je n'eus rien le temps de faire que je me retrouvais sur le lit, toujours mouillé, je le regarde se déshabiller, l'envie que j'avais au départ ne fit que s'amplifier.

Soudain, je sentis mon corps me démanger, encore ça... J'essayais d'ignorer, même si cela devenait dur, je m'approchais de lui, à quatre pattes, je me mis sur mes genoux et l'enlaçais, le regardant fougueusement. Je me frottais doucement contre lui, mais je ressentis la même chose que dans les toilettes... Cette démangeaison... Je me mordis la lèvre, il fallait à tout prix ignorer cela si je voulais passer du bon temps... Surtout vu ce qui m'attendait! Je ne résistais plus, ou du moins je ne voulais pas attendre plus longtemps, on ne sait jamais ce qui pouvait m'arriver. Alors je me redressais comme je pouvais, en essayant de dégager mes cheveux, les mettant en arrière, je l'attrapais par la nuque et l'attirais à moi en basculant en arrière. En faisant cela, j'avais l'impression que j'allais le dévorer. Que j'allais plonger dans l'eau pour me nourrir. Je sautais un battement de cœur, une sorte de crainte m'envahit et le premier réflexe que j'eus était de l'embrasser. L'embrasser pour me rassurer... Je retombais sur le lit, comme déçu, craintif, évidemment je tentais de masquer ces aspects étranges. Je laissais mes mains vagabonder sur son corps, un corps si musclé!... Et pourtant je ne me laisse jamais faire... mais là... Devant ça... Devant lui... Impossible de résister.
J'approfondis le baiser, le rendant plus vigoureux, je griffe légèrement sa peau, frémissant, et je frottais doucement mon bassin contre le sien. Oui, je le voulais. Je laissais mes mains glisser le long de son torse et je baissais doucement son boxer si moulant. Je dévoilais ce qui m'attendait, ou du moins je l'espérais. Je quittais ses lèvres un instant, le regardais droit dans les yeux. Merde... Encore cette pulsion... Je me mordis la lèvre, encore une fois, non pas par excitation, quoique c'était fort possible, mais bien pour la même raison qu'un peu avant. Je basculais pour être sur lui, je me trouvais vraiment maigrichon face à lui... Et blanc aussi. Bref... Nous étions très différents. Mais bon, j'appréciais cela. Je bondis de nouveau sur ses lèvres qui m'attiraient comme des aimants, je glissais une main sur son sexe si imposant et si excitant (autant excitant qu'excité d'ailleurs...), le caressant dans toute sa longueur.
Quand une douleur horrible s'empara de mon dos, je grimaçais un peu, sans rompre le baiser, je lui mordis les lèvres, en espérant que ça lui plaise, mais c'était surtout un moyen d'extérioriser cette douleur. Alors pour mieux la faire passer, une idée me vint à l'esprit. Aussi bête qu'elle soit, c'était ce que nous voulions. Mais avant cela, je rompis le baiser et soufflais à son oreille d'une voix sensuelle.

« Dis-moi quel est ton nom pour que je puisse le crier... »

Enfin, ne voulant pas attendre plus longtemps, je posais mes mains sur mes fesses, les écartant un peu et laissais le sexe imposant s'introduire en moi. Je poussais un gémissement assez puissant à cet instant. C'était véritablement bon. Tellement que mes joues ne pouvaient s'empêcher de rougir. Posant finalement mes mains sur son torse, j'entamais des mouvements lents et légers, le temps de m'adapter à untel organe. Ma douleur dorsale semblait disparaître, à mon plus grand plaisir même si je dois avouer que c'était inquiétant. Bref. Je passais mon temps à bouger dans ce même rythme lent, je le regardais brûlant de plaisir, assis sur lui à pousser des gémissements aigües, j'enfonçais doucement mes ongles dans sa peau, je frémissais sans cesse de plaisir, j'avais l'impression de perdre la tête... C'était trop bon!

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Quand un poisson nait d'un plaisir intense [PV: Lestan] [XX]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Quand haiti pourra-t-elle exporter vers RD?
» Quand l’État est en faillite, la Nation est en péril
» Partie de plaisir
» | CK006 | Du poisson...
» Une femme aurait accouché d’un poisson...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: la gakuen Bakemono :: les dortoirs-
Sauter vers: